Cinema |  Television |  Hippisme |  Horoscope |  Magazine | 

Magazine

JARDIN

H comme… huile blanche

med-81d6dad91d5c77b6a37000618a345e4b542c6b79.jpeg
©Thinkstock

med-07515e2f8d412d138d12dd7e973fb50e1b33ae45.jpeg
©Thinkstock

Les traitements d’hiver servent à lutter contre les insectes et les maladies qui hivernent à l’état dormant sur les arbres fruitiers. Parmi eux, l’huile blanche, qui s’occupe des premiers, est un produit bio. Enfin, plus ou moins…

Les dormeurs de l’hiver

Les insectes ravageurs passent l’hiver dans les anfractuosités des écorces des arbres. Sous leur forme hivernante, œufs, larves et adultes en diapause* attendent le réchauffement des températures pour se réveiller au printemps. On détruit ces pucerons, psylles, acariens, cochenilles et autres carpocapses en pulvérisant sur le tronc et les branches une solution huileuse qui va les recouvrir et les asphyxier en obstruant leurs canaux respiratoires. Elle fragilise également les parois protectrices des œufs et des larves.

Bio et moins bio

Les huiles blanches peuvent être d’origine minérale, issues du raffinage du pétrole, ou bien totalement naturelles, sous la forme d’huile de colza. Si les deux sont utilisables en agriculture biologique, on comprend bien que l’une est cependant plus durable que l’autre. Mélangée à de l’eau directement dans le pulvérisateur, on les applique méticuleusement pour bien mouiller l’écorce jusque dans ses plus profonds recoins. Un premier passage a lieu à la chute des feuilles, et un second, à la fin de l’hiver. Ces traitements sont une alternative au chaulage des troncs, qui est très agressif.

Huile blanche maison

Les adeptes du « fait maison » auront remarqué que l’huile de colza vendue en jardinerie et dosée à environ 800 g / litre d’eau était nettement plus chère que celle vendue au rayon alimentaire de leur grande surface préférée. Rien n’empêche donc le jardinier économe à tendance autarcique de fabriquer sa propre huile blanche. Il prendra soin cependant d’ajouter à son dosage 5 cl de savon noir, qui fera office d’émulsifiant, indispensable pour permettre à l’huile de se mélanger correctement à l’eau. Ça tombe bien, c’est un produit plein de potasse et, qui plus est, insecticide !

* Diapause : dormance, hibernation

Benoit Charbonneau
Article vu 933 fois

Derniers articles

Ces articles peuvent vous intéresser